Les conseils Zéroblabla

Toutes les réponses 100% utiles à votre quotidien

Isoler ses combles : un bon moyen pour faire des économies d'énergie

Dans une maison, les combles sont à l’origine de la majeure partie des déperditions énergétiques. Les isoler permet de réaliser des économies d’énergie et de réduire sa facture de chauffage. Les travaux à effectuer ne sont pas si coûteux au regard des nombreuses aides mises en place par les pouvoirs publics. Elles permettent en effet de financer jusqu’à 70 % de ceux-ci…

MMA_Isolation_combles.jpg

Isoler ses combles permet de réduire sa facture d’énergie.
© Shutterstock

Chaleur : les principaux points de déperdition énergétique d’une maison

Selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), dans une maison mal isolée, les principales pertes de chaleur se situent au niveau du toit (25 à 30 % des déperditions). Viennent ensuite les murs et les fuites (20 à 25 % chacun) et les fenêtres (autour de 10 à 15 %).

Les planchers et les ponts thermiques sont respectivement responsables de 7 à 10 % et de 5 à 10 % des déperditions totales. Il s’agit des parties du bâtiment où la barrière isolante est rompue, par exemple, entre un mur extérieur et la dalle d’un balcon.

Une maison mal isolée se vend moins chère…

L’étiquette énergie est issue du Diagnostic de Performance Énergétique (DPE). Elle va de A pour les logements les plus performants à G pour les plus énergivores. Cette étiquette énergie figure sur les annonces immobilières et influence la valeur du logement.

Les notaires et l’association « Dinamic » ont mesuré la « valeur verte » des biens immobiliers. Ils ont pris comme référence une maison classée D. En 2017, en proche banlieue parisienne, elle s’est vendue 5 % moins cher qu’une maison similaire classée C. La décote liée à une étiquette F et G est encore plus importante : 7 % en petite couronne, 13 % en Bourgogne-Franche-Comté, 15 % dans les Pays de Loire et jusqu’à 17 % en Occitanie.

Faut-il isoler sa maison par l’extérieur ou par l’intérieur ?

Les combles aménageables (ou déjà aménagés) peuvent être isolés selon deux techniques différentes : par l’intérieur ou par l’extérieur.

  • La première solution diminue la hauteur sous plafond.
  • La seconde nécessite des travaux de grande ampleur puisqu’il faut enlever le revêtement de la toiture (ardoises, tuiles…). Elle est à privilégier uniquement si la toiture doit également être refaite.

L’isolation des combles perdus (ce sont des combles dont la hauteur ou la position des poutres rend l’aménagement impossible) se fait généralement par l’intérieur. L’isolant est posé directement sur le plancher des combles, créant, ainsi, une « zone tampon » entre le logement chauffé et la zone froide.

Combles, toiture : comment bien choisir son isolant ?

Il faut de 25 à 30 cm d’épaisseur d’isolant pour isoler des combles aménageables et de 30 à 40 cm pour les combles perdus.
Les matériaux les plus faciles à poser et les moins chers sont les laines minérales, roche ou verre. Cependant, elles ont un inconvénient majeur : un bilan élevé « d’énergie grise ». C’est-à-dire qu’elles utilisent une quantité importante d’énergie pour leur production (ou leur extraction), leur fabrication, leur transport, leur entretien et leur recyclage.

Plus coûteux mais plus écologiques, les isolants biosourcés d’origine animale ou végétale sont de plus en plus utilisés.
Pour éviter les mauvaises surprises, il faut choisir des matériaux certifiés par l’Association pour la certification des matériaux isolants (Acermi).

L’installation de tuiles isolantes peut être une alternative pour isoler votre toiture.

Toutefois, dans ce cas, il ne s’agira pas de simplement placer un isolant, mais de refaire totalement la toiture de votre maison. Ce type de travaux prendra plus de temps et vous imposera souvent de comparer les offres de plusieurs professionnels aguerris.

Isolation des combles, combien ça coûte ?

Le prix de l’isolation des combles dépend des spécificités du projet et des matériaux utilisés.

  • Pour une isolation par l’intérieur, comptez de 40 à 70 € par mètre carré pose comprise si vous optez pour des laines minérales et de 100 à 150 € par mètre carré pose comprise si vous choisissez des matériaux biosourcés.  
  • L’isolation par l’extérieur est plus coûteuse : au minimum 200 € par mètre carré.

Quelles sont les aides de l’État pour l’isolation de votre toiture ?

Crédit d’impôt, prêt sans intérêt et subventions, les différentes aides pour bien isoler votre maison ou votre appartement peuvent financer de 25 à 70% de vos dépenses. Voici les principales :  

  • Le Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique (CITE).
    La pose d’isolant par une entreprise certifiée RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) ouvre droit à un crédit d’impôt représentant 30 % des dépenses engagées (matériaux et main d’œuvre). Le montant des dépenses retenu pour le calcul de l’avantage fiscal est plafonné, sur les cinq dernières années, à 8 000 € pour un célibataire et 16 000 € pour un couple, majoré de 400 € par personne à charge.

    Un sous-plafond spécifique est appliqué à la pose d’isolant. La dépense est plafonnée, à l’intérieur du plafond global de 8000 ou 16 000 €, à 100 € TTC par mètre carré (isolation par l’intérieur) et 150 € TTC par mètre carré (isolation par l’extérieur).

    Par exemple, si vous avez dépensé 5 000 € pour faire isoler 38 mètres carrés de combles par l’intérieur mais que les travaux vous sont revenus à 130 € par mètre carré, le crédit d’impôt sera calculé sur 3 800€ (38 X 100) et non sur 5 000 €.
    A noter : pour être éligibles au CITE, les matériaux doivent respecter des performances minimales, précisées dans le Code général des impôts.

  • L’Éco-prêt à taux zéro (Eco-PTZ).
    Il permet, sous certaines conditions (réalisation d’un bouquet de travaux ou augmentation importante de la performance énergétique du bien), d’emprunter jusqu’à 30 000 € sans intérêts. L’Eco-PTZ est cumulable, sans conditions, avec le CITE.

  • Les subventions de l’Agence nationale de l’habitat (Anah).
    Elles sont soumises à condition de ressources et peuvent vous aider à financer vos travaux de rénovation énergétique.

  • Les Certificats d’Économie d’Energie (CEE).
    Ils sont attribués pour les travaux les plus efficaces. Ils peuvent être monnayés, avant la signature du devis, auprès de l’artisan chargé de la réalisation, d’un fournisseur d’énergie, d’une grande enseigne de distribution ou du bricolage (Auchan, Castorama, Leclerc, Leroy Merlin...) ou d’un courtier (CertiNergy, PrimesEnergie…). Suivant votre interlocuteur, vous bénéficierez d’une remise sur votre facture de travaux ou de combustible, de bons d’achat ou d’un chèque. Sous conditions de ressources, les ménages les plus modestes peuvent, grâce à leurs CEE, faire isoler leurs combles perdus pour un euro seulement.

À noter : l’année prochaine, le CITE devrait être transformé en prime et ne sera plus un crédit d’impôt.

LIENS UTILES
Anah (Agence nationale de l’habitat) : www.anah.fr

Découvrez toutes les garanties de l’Assurance Habitation MMA

Assurance habitation MMA © Altrendo-images/Thinkstock

Vous tenez à être bien assuré pour votre habitation et c’est bien normal.
Découvrez les différentes garanties proposées pour l’assurance Habitation MMA : Responsabilité Civile, dégât des eaux, dommages électriques, prise en charge en cas de vol, d’incendie ou de bris de vitres, assistance…

En fonction de votre besoin de couverture, choisissez la formule qui vous convient le mieux !