Les conseils Zéroblabla

Toutes les réponses 100% utiles à votre quotidien

Vélo : respecter le code de la route et soigner sa "cycliste attitude"

À pédaler entre autos, motos, bus et camions, nous avons tendance à nous sentir « poids plume », moitié fragiles, moitié libres et agiles. Et même si agiles, que nous en deviendrions parfois un peu casse-cou… Alors pourquoi ne pas tenter de mieux mixer ville et vélo avec plaisir et prudence ?

code de la route vélo

Pour une meilleure protection du cycliste, le port du casque est hautement recommandé.
© vau902 / Istock

Le code de la route s'applique aussi aux cyclistes

Transport, sport, balade : près de 25 millions de Français(1) utilisent leur vélo, et de plus en plus en ville. Avec les systèmes de location en libre-service, c’est pratique ! Les pistes dédiées se multiplient, et même le Code de la route évolue : il existe maintenant des double-sens cyclables et des tourne-à-droite vélo au feu. 

En plus, c'est un moyen de transport économique, écologique, rapide, silencieux, et bon pour la santé à condition… de ne pas faire n’importe quoi ! Et c’est bien là que le bât blesse. 

(1) Conseil national des professions du cycle.

Le saviez-vous ?

En ville, 95 % des cyclistes se sentent vulnérables(2). Ils craignent les autres usagers – 66 % –, la circulation sur les grands axes – 47 % –, l’ouverture brutale d’une portière – 44 % –, l’angle mort – 38 % –, la traversée d’un carrefour – 33 %. Pourtant, ils adoptent un comportement plus risqué qu’en véhicule motorisé, comme s’ils étaient frappés d’impunité. 

(2) Enquête réalisée par Opinion Way pour MMA en 2014 auprès de cyclistes de 10 agglomérations françaises.

Non, les vélos ne sont pas au-dessus des lois. Le Code de la route s’applique aussi aux cyclistes et les infractions sont passibles d’amendes de 11 à 375 euros. Les plus graves, notamment s’il y a mise en danger d’autrui, peuvent donner lieu à une suspension judiciaire du permis de conduire. Le retrait de points, en revanche, est réservé à la conduite automobile.

Sécurité : un cycliste averti en vaut deux

En 2013, 147 cyclistes ont été tués dans un accident de la route, sur un total de quelque 4 000 cyclistes accidentés. Mais si 85 % de ces accidents surviennent en ville, c’est en milieu rural que la mortalité cycliste est la plus élevée – 54 %(3).

Parmi les principaux facteurs d’accidents, on relève le manque d’attention et les entraves au Code de la route, telles que le non-respect de la signalisation, le défaut d’éclairage et de visibilité, le tourne-à-gauche mal négocié, etc.
Quant aux chutes, on les prévient en regardant où on met ses roues : gare aux gravillons, aux feuilles mortes et aux flaques d’huile ! 

Cependant, le danger vient aussi des autres usagers du macadam : 

  • choc arrière, 
  • refus de priorité, 
  • dépassement rasant des automobilistes ou des deux-roues, 
  • piétons distraits… 

Là encore, la vigilance est de mise, surtout pour éviter de se trouver dans l’angle mort des bus et des camions.
Heureusement, les blessures sont dans leur globalité le plus souvent superficielles. 
Cependant, le risque de fractures et surtout de lésions cérébrales est bien présent, d’où le port hautement recommandé du casque. 

(3) Association Prévention Routière.

La protection du cycliste pour une meilleure sécurité

Côté cycliste, le dress code se compose d’un basique incontournable, le casque homologué, assorti d’un accessoire hyper-tendance : le gilet fluo rétro-réfléchissant. Il existe aussi des sprays permettant de rendre les cyclistes fluorescents la nuit.
Les vêtements couvrent bras et jambes pour une meilleure protection en cas de chute, mais ne se portent ni trop amples, ni trop longs, pour ne pas se prendre dans les rayons. 

Côté vélo, le Code de la route impose :

  • freins avant et arrière,
  • dispositifs réfléchissants blancs à l’avant, rouges à l’arrière, orange sur les côtés et les pédales, 
  • feu de position avant jaune ou blanc, feu arrière rouge la nuit ou lorsque la visibilité est réduite,
  • avertisseur sonore pouvant être entendu jusqu’à 50 mètres.

Recommandé sans être obligatoire, l’écarteur de danger fixé à la gauche du cadre rappelle aux véhicules qu’ils doivent laisser un mètre pour vous dépasser. 

Bon à savoir

Contrôle et remise en forme ! Comme pour une voiture, vous devez vérifier régulièrement freins, pneus, sonnette, éclairage et transmission.

Grand prix de conduite, chiche !

Pour gagner quelques minutes ou ne suivre que ses envies, on oublierait parfois toute prudence, quitte à provoquer un accident ou en être victime. On observe ainsi des cyclistes zigzaguant entre les voitures ou empruntant les sens interdits et les trottoirs. D’autres encore s’autorisent à conduire sous l’emprise de l’alcool, voire de stupéfiants, à rouler téléphone à la main ou casque audio sur les oreilles… Une mélodie ou quelques minutes d’avance dans son programme valent-elles la peine de risquer tant ? 

Règle d’or n° 1 : avant d’enfourcher sa « petite reine », chacun devrait revoir les panneaux de signalisation et, si besoin, relire le Code de la route.

Règle d’or n° 2 : quitte à connaître le Code, autant le respecter ! 

à faire

  • circuler sur la voie la plus à droite et/ou sur les pistes cyclables lorsqu’elles sont obligatoires, 
  • doubler par la gauche,
  • signaler son intention de changer de direction en tendant le bras,
  • toujours regarder à gauche et derrière avant de tourner,
  • s’arrêter au feu rouge ou au stop, sauf si un panonceau ou un feu spécifique autorise à continuer tout droit ou à tourner à droite,
  • respecter les priorités et les distances de sécurité,
  • se placer devant les autres véhicules lors d’un arrêt au feu.

Sécurité en vélo : les enfants aussi !

Dès que le petit-dernier se tient bien assis, vous pouvez l’installer sur votre porte-bagages dans un siège homologué adapté à sa taille, équipé d’un harnais de sécurité et d’un repose-pied. Le casque est bien sûr vivement recommandé !  

À son tour de pédaler ?

  • Jusqu’à 8 ans, votre enfant est autorisé à rouler au pas sur les trottoirs. 
  • À partir de 8 ans, vous pouvez l’initier à la circulation sur la chaussée, en commençant par des axes peu fréquentés. Seul adulte accompagnateur, roulez derrière lui. À deux adultes, l’un roule en tête et l’autre à l’arrière, en file indienne.
     

Garantie Accidents de la Vie MMA

Avec la Garantie des Accidents de la Vie MMA(1), vous bénéficiez, en cas d’accident et pour toute la famille, de services d’assistance et d’une protection financière dès 1 % d’invalidité :

  • jusqu’à 1 million d’euros en fonction de la gravité de l’accident ;
  • et jusqu’à 2 millions d’euros pour les moins de 26 ans.
Garantie Accidents de la Vie

(1) Dans les conditions, limites et exclusions de garanties fixées au contrat.