Les conseils Zéroblabla

Toutes les réponses 100% utiles à votre quotidien

Remplir un constat amiable sans stress en cas d’accident de voiture

Un simple accrochage en voiture, et a fortiori un accident de la route, provoque un stress qui peut déstabiliser les conducteurs concernés. Se mettre en sécurité est essentiel tout comme de bien compléter le constat amiable malgré l'émotion. Les étapes clefs pour réagir et remplir votre formulaire.

MMA_remplir-constat.jpg

Après un accident, il est essentiel de garder son calme pour bien remplir un constat amiable.
© Shutterstock

4 étapes clefs pour bien remplir un constat amiable

  • Étape n°1 du constat amiable : mettez-vous en sécurité
    Selon l'endroit où a lieu l'accrochage, il n'est pas toujours possible de rédiger le constat sur place. Stationner sur une autoroute, une voie rapide ou un périphérique est aussi dangereux qu'interdit.

    Si les véhicules sont encore en mesure de rouler, mettez-vous en sécurité au premier refuge ou à la première sortie possible. Le cas échéant, les forces de l'ordre peuvent vous y contraindre. Si c’est possible sans vous mettre en danger et sans perdre trop de temps, prenez quelques photos avec votre smartphone pour éviter les erreurs a posteriori.
  • Étape n°2 du constat amiable : apportez toutes les précisions utiles sur le constat
    Date et heure de l’accident, localisation précise, dégâts matériels, blessé(e)s même légers, renseignez toutes les rubriques (numérotées de 1 à 9) du constat amiable avec précision. La présence de témoins peut être importante pour votre dossier. Demandez-leur de vous laisser leurs coordonnées en insistant si nécessaire. En effet, le témoignage de vos passagers n’est souvent pas recevable pour des raisons de partialité.

    Réalisez un croquis précis de l’accident et matérialisez le point d’impact à l’aide d’une flèche. Qu'il s'agisse d'un constat amiable papier ou numérique, pensez à joindre des photos prises sur les lieux de l’accident. Plus l'assureur aura d'informations, plus vite il pourra traiter votre dossier et éviter les erreurs d'appréciation.
  • Étape n°3 du constat amiable : pensez à porter des réserves
    Les dégâts matériels sur votre voiture peuvent être bien plus importants que ceux qui sautent immédiatement aux yeux. Dans le doute, ajoutez dans vos observations la mention « sous réserve de dégâts non-apparents ».
    De même pour les blessures, une petite douleur à chaud peut devenir un réel traumatisme à froid. Précisez alors « sous réserve de blessures suite à douleurs constatées ».
  • Étape n°4 du constat amiable : datez, signez et envoyez le constat
    Pensez à signer le constat amiable et à le renvoyer à votre assureur en courrier recommandé avec accusé de réception dans les cinq jours si vous remplissez un constat papier.

Cette démarche sera effectuée en temps réel depuis l'application mobile, si vous choisissez le e-constat.

Si vous êtes d'accord avec la partie adverse, l'affaire est réglée et les assurances prennent le relais.

Malin : anticipez pour éviter les erreurs

Pour éviter des omissions ou imprécisions dues au stress, vous pouvez anticiper et pré-remplir chez vous au calme les rubriques du constat qui vous identifient : assuré, véhicule, société d’assurance et conducteur (les cases n°6, 7, 8 et 9 du formulaire de constat amiable).

Un constat amiable pas toujours aimable…

Lorsque le conducteur de voiture adverse est de mauvaise foi
Lors d’un accident de voiture, refuser de signer un constat amiable n'est pas répréhensible. À partir du moment où le conducteur adverse consent à vous communiquer son identité, son adresse et les coordonnées de son assurance, laissez les assurances trancher sur les responsabilités de chacun.

Lorsque le conducteur adverse est agressif, voire violent
Un accident de voiture peut parfois rendre certains conducteurs agressifs. Si votre interlocuteur refuse de communiquer son identité, son permis de conduire ou les coordonnées de son assureur, alors n’insistez pas. Rappelez-lui, le plus calmement possible, que son comportement est assimilable à un délit de fuite, très lourdement réprimé par le code pénal.

S'il se montre virulent, voire violent, protégez-vous, notez (le plus discrètement possible) le numéro de la plaque d’immatriculation de sa voiture et appelez-en aux forces de l'ordre. Évitez de réagir vous-même de manière violente, quelle que soit la réaction de votre interlocuteur. Le plus souvent, cela ne fait qu’exacerber les tensions. Essayez de conserver votre calme en étant le plus précis et le plus factuel possible.

Accident et délit de fuite

Les délits de fuite sont en recrudescence : +28,4 % en 5 ans. Déclarer l’accident de voiture et déposer plainte est alors impératif. En vous rendant au commissariat ou à la gendarmerie, vous prouvez votre bonne foi.

En déclarant l’accident de voiture, vous vous couvrez également vis-à-vis de l’autre conducteur qui, s’il se sait recherché, pourrait être tenté de déposer plainte lui-même en inversant les responsabilités. L’antériorité de votre dépôt de plainte plaidera pour vous. Enfin, c’est aussi le seul moyen d’espérer que le fuyard soit retrouvé suite à l’enquête. Grâce, par exemple, aux images de vidéosurveillance. S’il est identifié, le conducteur sera déclaré totalement responsable de l’accident et les dégâts sur votre voiture seront remboursés.

Etre bien assuré en cas d’accident de voiture avec MMA

Assistance en cas d’accident en France ou à l'étranger, dépannage, SOS Constat amiable, garages partenaires… L’assurance Auto MMA vous propose une large palette de services, pour qu'à tout moment, vous rouliez l'esprit tranquille.

Découvrez tous les services d’assistance Auto MMA