Les conseils Zéroblabla

Toutes les réponses 100% utiles à votre quotidien

Conducteurs seniors : adaptez votre conduite avec l’âge

La voiture est le moyen de transport préféré des seniors. Aujourd’hui, ils représentent un conducteur sur cinq et bientôt un sur trois. Toutefois, malgré leur longue expérience de la conduite, les risques d’accrochage se multiplient avec l’âge et cela pour différentes raisons. En vieillissant, les automobilistes doivent rester attentifs à leurs capacités à conduire.

MMA_Conduite_Senior.jpg

Dans quelques années, les seniors représenteront un conducteur sur trois. Cependant, au volant d’une voiture, on ne reste pas un expert de la conduite toute sa vie.
© Shutterstock

À partir de quel âge devient-on senior au volant ?

60, 70, 80 ans, l’âge à partir duquel un automobiliste peut être considéré comme senior dépend moins de sa date de naissance que de ses capacités physiques et mentales.
Pour la conduite automobile, ce qui compte le plus, ce sont les facultés de perception, d’orientation, de réaction et de coordination du conducteur. C’est la raison pour laquelle les aptitudes à conduire peuvent varier considérablement d’un individu à l’autre.

Les conducteurs inégaux face au vieillissement
Certaines personnes conserveront toutes leurs capacités jusqu’à plus de 80 ans alors que d’autres, plus jeunes, devront se résigner à ne plus conduire. Parfois, les restrictions se limiteront à certaines situations : conduite de nuit, déplacements en centre-ville, mauvaise acuité visuelle ou manque de souplesse dans la nuque…


Dans tous les cas, quel que soit son âge, chaque conducteur doit s’interroger et identifier les situations susceptibles de le mettre en danger, lui-même, ses passagers ou les autres usagers de la route.


Les accidents de voiture et les seniors

Selon l'association Prévention Routière, « les conducteurs âgés ne provoquent pas plus d'accidents que les autres ». Cependant, lorsqu'ils sont impliqués dans un accident corporel, « ils ont plus de risque d'être tués ».
En effet, la fragilité physique augmentant avec l'âge, les seniors sont davantage touchés par la mortalité routière : les seniors de 75 ans et plus enregistrent une forte hausse dans le bilan 2016 avec 566 personnes décédées dans un accident routier (+9,1 %)(1).

(1) Bilan de l’accidentalité routière 2016.

Les particularités des accidents impliquant les seniors

Selon les statistiques officielles, les accidents impliquant les seniors se produisent le plus souvent de jour, en semaine, avec un taux d’alcoolémie négatif et une vitesse moyenne faible.
Par ailleurs, leurs accidents se produisent souvent dans les intersections et les ronds-points.
La plupart du temps, le respect du Code de la route n’est pas en cause. En revanche, des véhicules plus anciens, moins bien équipés pour aider la conduite, ainsi que des prises de décision moins rapides semblent augmenter le risque d’accidentologie.

Conduite automobile senior : faut-il faire une visite médicale annuelle ?

Quel que soit l’âge, la conduite automobile est une activité complexe. Elle demande une bonne acuité visuelle et auditive, une attention précise et de très bons de réflexes. La plupart du temps, les seniors sont des conducteurs expérimentés et leur habitude du volant leur permet de gérer instinctivement la plupart des situations courantes.
En revanche, en situation inhabituelle ou d’urgence, ils peuvent être plus lents à prendre des décisions rapides et à les mettre en application sans délai.

Devant les inégalités liées au vieillissement, le Code de la route et le Code des assurances n’imposent pas de visite médicale liée à l’âge. Ainsi, la validité du permis de conduire est illimitée et sans conditions d’âge ou d’état de santé.
Il est donc de la responsabilité de chaque conducteur, de décider en conscience, si un examen médical ou une formation s’impose pour limiter ou réadapter la conduite automobile à une nouvelle situation physique ou mentale. 

L’attention de l’entourage est primordiale pour prévenir les accidents de la route

L’entourage des seniors est souvent le premier à constater une diminution de la réactivité physique et psychologique. Même s’il peut parfois paraître délicat de réagir, les proches ne doivent pas hésiter à alerter les seniors à ce sujet.
De leur côté, il est important pour les seniors de savoir rester attentifs aux observations de leur famille et d’en tenir compte pour adapter leur conduite. En effet, les remarques sont généralement préventives et bienveillantes et, même si limiter sa conduite peut être frustrant, cette décision peut être bénéfique pour tous.

Quelques conseils de conduite pour les seniors

Les bonnes pratiques pour adapter votre conduite avec l’âge :

  • Faites surveiller et corriger votre vue chaque année pour conserver une parfaite acuité visuelle.
  • Demandez régulièrement l’avis de votre médecin et/ou celui de vos proches.
  • Ne prenez le volant que dans les meilleures conditions : reposé, de jour, si possible par temps sec…
  • Évitez absolument d’être sous l’emprise de médicaments qui altèrent la vigilance.
  • Ne mangez pas trop et ne buvez pas d’alcool avant de conduire.
  • Préparez votre itinéraire. Rentrez, par exemple, votre trajet sur un GPS avant de prendre la route et regardez si le parcours présente des difficultés particulières.
  • Évitez les heures de pointe et les embouteillages. Fatigants physiquement et nerveusement, ils sont propices aux accrochages.
  • Évitez de conduire dans des conditions stressantes : infrastructure complexe, succession de ronds-points…
  • Contournez les passages accidentogènes connus. Faites un détour même si cela peut faire perdre quelques minutes.
  • Évitez les longs trajets sollicitant énergie et attention pendant plusieurs heures d’affilée.
  • Faites des pauses à intervalles réguliers : toutes les 2 heures ou plus souvent.
  • Choisissez un véhicule dans lequel l’accès aux commandes est facilité, éventuellement avec boîte automatique.
  • Installez-vous en position optimale dans le véhicule : assise et dos bien droit, à distance correcte des pédales (jambes légèrement fléchies).
  • Si possible, conduisez accompagné d’une personne capable de prendre le relais en cas de fatigue ou de stress.

Vous roulez peu, pensez assurance au kilomètre ?

assurance auto.jpg © Minerva Studio/Thinkstock

KILOMÈTRE NON ROULÉ = KILOMÈTRE REMBOURSÉ
Le plus de l’Assurance Auto MMA : les km remboursés

Au moment de la souscription de votre Assurance Auto MMA, vous choisissez le forfait kilométrique annuel en fonction de vos besoins. Au bout d’un an, vous pouvez demander le remboursement des kilomètres non parcourus.
Pas d’installation de boitier connecté pour surveiller le nombre de kilomètres que vous parcourez. Chez MMA, nous privilégions un système basé sur la confiance.

Assurance Auto Kilomètre