Les conseils Zéroblabla

Toutes les réponses 100% utiles à votre quotidien

Les troubles visuels chez l’enfant : symptômes et traitements

Le développement de votre enfant est conditionné à 80% par l’évolution de sa vision(1). Dès son plus jeune âge, il est donc essentiel de contrôler sa vue et d’adopter des traitements efficaces. Suivez nos conseils pour apprendre à identifier les signes d’un trouble visuel chez les plus jeunes.

Child boy in glasses checks eye vision at pediatric ophthalmologist

1 enfant sur 7 souffre d’un trouble visuel(2).
© Adobestock

Quels sont les principaux troubles visuels chez l’enfant ?

Votre enfant est capable de voir le monde qui l’entoure très tôt. Différents troubles visuels peuvent toutefois altérer sa vision et, s’ils ne sont pas corrigés rapidement, avoir des conséquences plus ou moins importantes.

L’amblyopie : aussi appelé œil paresseux, ce trouble survient lorsque le cerveau n’utilise qu’un seul œil ou lorsque l’enfant souffre de strabisme. Le traitement consiste à faire travailler l’œil faible, notamment en posant un cache sur l’œil fort.

Le strabisme : il s’agit d’un défaut de mouvement de l’œil se caractérisant par un mauvais alignement des axes visuels. Il peut amener l’enfant à loucher ou à voir double.

L’astigmatisme : il s’agit d’une mauvaise courbure du cristallin ou de la cornée, entraînant une vision déformée ou floue à toutes les distances. Il est le plus souvent corrigé grâce au port de lunettes de vue ou de lentilles.

L’hypermétropie : elle se caractérise par un œil « trop court ». La distance entre la cornée, à l’avant de l’œil, et la rétine, à l’arrière, est insuffisante, entraînant une mauvaise vision de près. Des lunettes adaptées permettent de corriger ce trouble.

La myopie : elle entraîne une mauvaise vision de loin. Contrairement à l’hypermétropie, la distance entre la cornée et la rétine est trop importante. Le port de lunettes permet de corriger ce défaut visuel.

Le daltonisme : il s’agit d’une mauvaise perception des couleurs, tout particulièrement du vert, du rouge et du bleu. Bien que ce trouble ne se traite pas, il est important d’accompagner l’enfant afin de l’aider à mieux percevoir son environnement.
 

Vos frais de santé remboursés(3)

Quels sont les facteurs de risque d’un défaut visuel chez l’enfant ?

Les risques liés à la naissance de votre enfant
Les antécédents personnels de votre enfant peuvent favoriser le développement de troubles de la vision. Il convient notamment de redoubler de vigilance si votre bébé :

  • Est prématuré ou a été réanimé à la naissance.
  • Pesait moins de 1,5 kg à la naissance.
  • Souffre de certains troubles (surdité, troubles neuromoteurs, etc.).
  • Présente des défauts crâniens.
  • A été exposé à des substances nocives lors de la grossesse (alcool, drogue, etc.).

Les antécédents familiaux facteurs de risque
Certains troubles de la vision peuvent être héréditaires ou plus courants chez les enfants dont les parents souffrent eux-mêmes d’un défaut visuel. Vous devez faire d’autant plus attention si vous souffrez :

  • D’un strabisme.
  • D’un trouble de la réfraction (hypermétropie, myopie ou astigmatisme).
  • D’une amblyopie.
  • D’une maladie ophtalmologique héréditaire.
     

Le saviez-vous ?

Avec l’Assurance Santé MMA, vous pouvez prendre un rdv sous 48h et maximum 2 semaines dans un centre d’ophtalmologie partenaire Santéclair(4).

Comment repérer un défaut de la vue chez l’enfant ?

Les premiers contrôles des yeux de 0 à 3 ans
À sa naissance, le système visuel de votre enfant n’est pas totalement formé : il ne le sera pas définitivement avant l’âge de 10 ans. Il convient de contrôler régulièrement sa vision afin de favoriser un développement normal. Ces contrôles doivent intervenir :

  • À la maternité.
  • Lors des visites médicales obligatoires chez le médecin traitant et le pédiatre : au 8ème jour, 4ème et 9ème mois et aux 2 ans de l’enfant.
  • Au moins une fois par an chez l’ophtalmologiste en cas de facteurs de risque ou de comportement suspect.

Jusqu’aux 3 ans de l’enfant, plusieurs signes doivent vous alerter d’un potentiel défaut visuel et vous amener à consulter :

  • Difficulté à suivre un objet en mouvement.
  • Difficulté à attraper un objet (de 6 à 9 mois).
  • Mauvaise réaction à la lumière.
  • Frottement fréquent des yeux.
  • Clignement excessif des yeux.
  • Strabisme.

Le dépistage des troubles de la vue de 3 à 6 ans
De 3 à 6 ans, votre enfant acquiert progressivement son acuité visuelle définitive. Pour en garantir le bon développement, des contrôles doivent être réalisés à 3 et à 5 ans avant l’entrée à la maternelle et à l’école primaire ou en cas de difficulté d’apprentissage ou de trouble du comportement.

À cet âge, certaines anomalies peuvent être le signe d’un trouble visuel :

  • Difficulté à prendre un objet dans la main.
  • Sensibilité à la lumière.
  • Larmoiement ou yeux rouges.
  • Maux de tête fréquents.
  • Fatigue importante pendant les efforts de concentration.
  • Mauvaise distance d’observation (trop près ou trop loin).

Le dépistage des troubles de la vue de 6 à 16 ans
À partir de 6 ans, votre enfant doit avoir atteint son acuité visuelle définitive. Toutefois, sa vue peut encore évoluer durant l’adolescence, tout particulièrement s’il souffre d’un trouble (myopie, astigmatisme, etc.). De nouveaux contrôles sont donc nécessaires :

  • Lors de la visite médicale scolaire.
  • Chez l’ophtalmologiste tous les 2 ans (selon les recommandations du médecin).
  • Chez l’ophtalmologiste tous les ans en cas de facteur de risque (symptômes détectés, antécédents familiaux de myopie, etc.).

Entre 6 et 16 ans, ce sont principalement des troubles du comportement qui doivent vous alerter d’un éventuel défaut de la vision :

  • Difficultés scolaires : confusion des lettres par exemple.
  • Mauvaise distance de lecture.
  • Difficulté pour se concentrer.
  • Maux de tête fréquents ou fatigue visuelle excessive.
     

Lunettes enfant : simulez votre reste à charge

Comment traiter un trouble de la vision chez l’enfant ?

Lunettes enfant
À quelques exceptions (daltonisme, amblyopie, etc.), le port de lunettes avec des verres adaptés permet de corriger un trouble visuel. 
Cela vaut notamment pour les principales affections liées à un défaut de réfraction (myopie, astigmatisme et hypermétropie). Il est toutefois important d’agir rapidement : plus le dépistage est précoce, moins le défaut de vision de l’enfant impactera son développement.

Myopie prédominante
À l’heure actuelle, le principal trouble de la vision est la myopie : elle toucherait 1 enfant sur 5 et près de 4 adultes sur 10(5)
Une nouvelle technologie permet néanmoins de garder espoir. Commercialisés depuis 2021, de nouveaux verres dits « freinateurs » permettraient de ralentir la progression de la myopie chez les plus jeunes. 


Deux fabricants proposent pour le moment une telle technologie : le français Essilor et le japonais Hoya. 60% de l’évolution de la myopie serait freinée chez les enfants ayant une progression importante grâce à ce type de verres(6).


Le principe est simple : l’œil myope focalise les images situées en arrière de la rétine, accroissant la myopie et l’hypermétropie périphérique. Les verres « freinateurs » sont dotés de microlentilles sur leur périphérie. L’image sur les côtés est ainsi nette, limitant la progression de l’hypermétropie périphérique et de la myopie.

 

© AdobeStock
L’Assurance mutuelle des enfants... et des parents

Pour répondre aux besoins des enfants et des parents, MMA vous propose la formule Famille du contrat Assurance Santé. 
Cette complémentaire santé vous permet d’assurer(3) vos enfants en qualité d’ayants droit et vous offre de nombreux avantages pour protéger au mieux toute votre famille :

  • Des garanties complètes(3) pour vos principales dépenses de santé : hospitalisation, consultation, équipements,...
  • Une couverture renforcée(3) pour les dépenses liées aux soins de vos enfants : orthodontie, forfait nouveau-né...
  • Le choix entre 4 niveaux de protection(3) pour répondre aux besoins de chaque membre de votre famille.
  • Des réductions de cotisations(7) dès la deuxième personne assurée dans votre foyer
  • Des services sur mesure pour vous simplifier la vie : tiers payant(8), assistance(9)...
     

Notes et sources de rédaction
(1) A l’école, la vue c’est l’avenir - Association pour l’amélioration de la vue – 2022 - https://cmavue.org/dossier/dossier-2/ 
(2) Troubles visuels de l’enfant - Syndicat national des ophtalmologistes de France – 2022 - https://www.snof.org/encyclopedie/troubles-visuels-de-lenfant 
(3) Assurance Santé MMA, formule Famille - Nos prises en charge sont faites en application des garanties/options souscrites ainsi que des limites, conditions et exclusions des garanties et du montant des franchises fixés aux Conditions Générales (CG 381) et aux conditions particulières du contrat Santé MMA disponibles en agence ou sur mma.fr.
(4) Les services présentés sont proposés par Santéclair, partenaire de MMA, et réalisés par Santéclair ou par ses partenaires. L’accès à ces services est  réservé aux assurés MMA titulaires d’un contrat Santé en vigueur (attention, en fonction de la nature de votre contrat Santé MMA, les services Santéclair peuvent différer). Services susceptibles d’évoluer dans le temps. Pour localiser les professionnels de santé et accéder à ces services, contactez votre Conseiller Santé ou rendez-vous dans votre Espace Client sur mma.fr (rubrique « Services Santéclair »).
(5) Progression of myopia in children and teenagers : a nationwide longitudinal study - British Journal of Ophthalmology – 2021- https://bjo.bmj.com/content/early/2021/03/11/bjophthalmol-2020-318256 
(6) Des lunettes pour freiner la myopie - 60 millions de consommateurs – 2021 - https://www.60millions-mag.com/2021/10/21/des-lunettes-pour-freiner-la-myopie-19287 
(7) Offre soumise à conditions – pour plus d’informations, consultez le site internet MMA - https://www.mma.fr/mutuelle-complementaire-sante/avantages-mutuelle-sante-mma.html.
(8) Le tiers payant est possible avec les professionnels de santé avec lesquels MMA a signé une convention et avec les partenaires du réseau Santéclair suivants : opticiens, centres spécialisés dans la chirurgie réfractive, chirurgiens-dentistes (y compris ceux qualifiés en implantologie dentaire), et audioprothésistes centres auditifs.
(9) Prestations accordées selon les critères et conditions précisées dans les Conditions Générales (N°381) et les Conditions Particulières du contrat Assurance Santé MMA. Elles sont soumises à plafonnement et conditionnées à une durée minimale d’immobilisation ou d’hospitalisation.

> Voir tous les sujets de la thématique