Les conseils Zéroblabla

Toutes les réponses 100% utiles à votre quotidien

Zone inondable : le Plan de Prévention des Risques d’Inondation (PPRI)

Un cours d’eau qui déborde près de chez vous suite à de fortes pluies et votre cave ou votre habitat situé en rez-de-jardin est inondé… Que vous soyez situé ou non en zone inondable, mieux vaut toujours protéger sa maison du risque d’inondation.

145987457

Le Plan de Prévention des Risques d'Inondation (PPRI) permet d’identifier et d’évaluer les zones pouvant subir des inondations.
© Davidmartyn/Thinkstock

Zones inondables, PPRI

Plus d’une maison sur dix est située en zone inondable(1) : et la vôtre ?

C’est la première question à vous poser afin de prévenir au mieux le risque d’inondation. En France, plus de 3,7 millions de logements(1) se trouvent en zone exposée au risque d’inondation par cours d’eau et nombre d’occupants concernés n’en ont pas connaissance. Une commune sur deux est concernée(1).

Pour répondre à cette question, mieux vaut consulter le Plan de Prévention des Risques naturels d’Inondation (PPRI) disponible auprès de votre mairie.

Votre bien peut être situé dans 3 zones possibles :

  • Inconstructible.
  • Constructible sous conditions.
  • Constructible sans conditions. 

Si votre logement est ancien, il peut être situé en zone inconstructible. Vous êtes néanmoins dans la légalité si le plan est postérieur à votre achat ou construction. Mais vous n’êtes par hors de danger pour autant…. Mieux vaut prendre alors rendez-vous auprès des services de l’urbanisme de votre mairie pour trouver une solution.

Si votre habitat est situé en zone constructive sous conditions, renseignez-vous sur les conditions émises et vérifiez que votre logement les remplit bien.

Si vous vivez en zone constructible sans conditions, votre logement n’est pas situé en zone inondable. Mais attention, cela ne veut pas dire que vous ne risquez pas d’être inondé. Pour mesurer le risque, renseignez-vous auprès de votre voisinage (y-a-t-il eu des inondations dans le passé, d’où provenaient-elles ?).

Attention néanmoins : les communes n’ont pas encore toutes un PPRI.
Si tel est le cas de votre commune, demandez alors à consulter le Plan Local d’Urbanisme (PUL) ou le Plan d’Occupation des Sols (POS).

Autre point important : pour les communes disposant d’un PPRI et d’un PLU (ou POS), il peut exister des contradictions entre les deux documents en matière de définition ou délimitation des risques. Si cela est le cas, la règle est de se référer à la disposition la plus sévère.

(1) D’après le Commissariat général au développement durable - Service de l’observation et des statistiques –En 2009, la part de la population française exposée au risque d’inondation par cours d’eau est estimée à 11 %.

UN PROJET D’ACHAT OU DE LOCATION ?

Depuis le 1er juin 2006, tout acquéreur (et tout locataire) doit être informé de l’existence d’un risque naturel reconnu sur la commune où il projette d’acheter ou de louer, dès lors, notamment, que cette commune fait l’objet d’un plan de prévention des risques.
Le vendeur ou le bailleur doit communiquer à l’acheteur ou au locataire un état des risques naturels et technologiques. Ce document est indispensable à toute transaction immobilière. Il fait partie des diagnostics immobiliers imposés par la loi.

Prévention inondation

Que l’on soit situé ou non en zone inondable, il est important de toujours protéger en amont son habitation du risque d’inondation.

Le risque existe toujours
Même si votre maison ou votre appartement n’est pas situé en zone inondable, cela ne veut pas dire pour autant que vous ne risquez pas d’être inondé.
Un tout petit cours d’eau peut facilement représenter un danger en cas de très fortes pluies. Il ne faut pas non plus négliger le risque de ruissellement si votre habitation est située dans une pente (l’eau de pluie tombée chez le voisin arrive alors chez vous).

Les mesures générales de protection anti-inondation
Plusieurs mesures générales limitent le risque d’inondation et ses conséquences :

  • Surélevez la chaudière, les centrales de ventilation, les machines à laver…
  • Placez les prises électriques un peu en hauteur dans les caves et en rez-de-chaussée.
  • Vérifiez l’étanchéité de tous les raccordements électriques, gaz, téléphonie.
  • Si votre habitation présente un risque fort d’inondation, pensez à placer des batardeaux devant les portes (barrières anti-inondation). Ces derniers sont disponibles dans les magasins de bricolage.
  • Adaptez les revêtements de vos sols et murs : le carrelage est à privilégier. Utilisez aussi des matériaux hydrofuges.
  • Ne laissez aucun produit chimique ou polluant qui pourrait se déverser en cas d’inondation.

Autres précautions en cas de risque fort
Si votre maison a déjà été sujette à une inondation ou en cas d’alerte météo, vous pouvez préparer des parpaings pour surélever les meubles en cas de fortes pluies.

De même, dans cette situation, il peut être intéressant de stocker des sacs de sable qui empêcheront ou retarderont l’entrée de l’eau dans l’habitation. Placez-les à des endroits stratégiques, prêts à être utiliser. Ces derniers ont de plus l’intérêt de filtrer l’eau empêchant ainsi les boues de pénétrer dans l’habitation.

Si le risque d’inondation est fort (alerte), il peut aussi être utile d’appliquer du film plastique le long des murs pour empêcher l’humidité de pénétrer. La pose étant assez spécifique, consultez le site Géorisques.

Êtes-vous suffisamment assuré ?
Le risque d’inondation est assuré en cas de catastrophe naturelle déclarée pour votre localité. Si cela est le cas, votre contrat d’assurance pourra vous couvrir. Mais avez-vous bien pensé à mettre à jour le montant de votre patrimoine mobilier dans votre contrat ? Évaluez le montant de vos biens et comparez-le au montant indiqué sur votre assurance. Si ce dernier est inférieur, contactez votre assureur pour mettre à jour votre contrat. Vous serez ainsi mieux assuré.

Inondation et assurances

En cas d’inondation et de prise en charge de votre assureur, vous devrez lui fournir tous les éléments nécessaires pour évaluer le montant de votre préjudice et donc de votre indemnisation.

Aussi, mieux vaut toujours en amont :

  • Prendre en photo tous vos biens. Cette démarche vous sera très utile lors d’une procédure de dédommagement.
  • Garder les factures et tous les documents administratifs importants en lieu sûr (en hauteur pour éviter l’inondation). Faites aussi une copie de tous ces documents que vous donnerez à un proche de confiance.
  • Sécurisez vos biens et objets de valeur en les plaçant en hauteur, à l’étage si cela est possible.

Sources :
http://www.capital.fr/immobilier/conseils/je-vis-en-zone-inondable-comment-le-savoir-et-comment-m-assurer-1004534
http://www.leparticulier.fr/jcms/c_100804/habiter-en-zone-inondable-gerer-le-risque
http://www.georisques.gouv.fr/articles/comment-sinformer-sur-linondation-pour-choisir-les-mesures-les-plus-appropriees
http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/fileadmin/documents/Produits_editoriaux/Indicateurs_et_Indices/Developpement_durable/Indicateurs_de_developpement_durable_territoriaux/Risque_inondation/fiche-longue-risques-inondation-iddt-2009.pdf
https://www.news-assurances.com/fiche-pratique/prevention-comment-se-preparer-une-inondation/016780017

Habitation : vous n’êtes pas encore assuré chez MMA ?

Assurance habitation MMA © Altrendo-images/Thinkstock

Que vous soyez locataire ou propriétaire, l’assurance Habitation MMA vous couvre parfaitement et préserve votre confort en toutes circonstances.

MMA vous propose 4 formules Multirisques Habitation adaptées à vos besoins et un large éventail d’options pour protéger efficacement votre résidence principale ou secondaire en cas d’éventuel sinistre. Avec MMA, vous êtes à l’abri de tous les tracas. Logement bien protégé, sérénité assurée !

Assurance Habitation MMA