Les conseils Zéroblabla

Toutes les réponses 100% utiles à votre quotidien

Sécurisez votre jardin pour les enfants

Toboggan, piscine, trampoline… chaque printemps, le jardin redevient le terrain de jeux favori des enfants qui y rencontrent aussi de nombreux dangers : un accident domestique sur 4 s’y déroule(1). Si écarter tout risque d’accident reste impossible, quelques règles simples permettent néanmoins de sécuriser au maximum votre extérieur. À vous de jouer !

MMA_jardin-securite-enfant_897x505.jpg

25% des accidents domestiques se produisent dans le jardin.
©Jack Hollingsworth/Thinkstock

Le jardin, terre de prédilection des accidents domestiques

Pourtant lieu de détente et de bien-être, le jardin est responsable de 25% des accidents domestiques(1) et les enfants sont aux premières loges…

On dénombre en effet(1) :

  • Environ 50 000 enfants victimes d’intoxications, sachant que les végétaux sont responsables de 9% d’entre elles.
  • 800 accidents liés à la tondeuse.
  • 200 brûlures graves liées au barbecue. 15% des victimes sont des enfants.
  • Près de 100 noyades dans les piscines privées. Les jeunes enfants, ne sachant pas encore nager, sont les premières victimes.
  • Et il ne faut pas oublier les nombreuses chutes, contusions et autres plaies imputables aux aires de jeu de type balançoires, toboggans, etc.
     

Assurance Accidents
de la Vie

Indispensable : une clôture de jardin bien pensée

Rares sont les jardins qui ne comptent à proximité ni route, ni point d’eau, ni chien de garde, ni bétail en pâture dans un pré mitoyen… Aucune clôture ne remplacera jamais une surveillance attentive ou une sensibilisation aux risques, mais elle opposera néanmoins un rempart efficace aux velléités d’exploration de vos bambins !

Au moment de la choisir, gardez en mémoire les recommandations faites aux assistantes maternelles qui accueillent de jeunes enfants à leur domicile.

  • La clôture doit mesurer au minimum 1,20 m de hauteur, et présenter un maillage suffisamment étroit pour que l’enfant ne puisse y passer ni la tête ni le bras.
  • Elle ne doit comporter aucun élément pointu ou coupant susceptible d'occasionner des blessures.
  • L’ouverture du portail, en hauteur ou relativement sophistiquée, doit être impossible pour un petit.

Outils, appareils, produits toxiques… éviter les tentations

Les enfants s’amusent d’un rien… 

  • Entreposez systématiquement outils et produits potentiellement toxiques (engrais, désherbants, insecticides) hors de leur portée ou dans un local verrouillé.
  • Interdisez-leur l’accès au garage si vous y remisez des machines et des matériaux.

Jardiniers, limitez les risques :

  • Engrais comme herbicides, évitez tout traitement lorsque vos enfants jouent dans le jardin. 
  • Utilisez les appareils potentiellement dangereux (tronçonneuse, taille-haie ou encore débroussailleuse) en leur absence. Des branches et des pierres transformées en projectile causent chaque année nombre d'accidents évitables.
  • Evitez de réparer ou de retourner la tondeuse à gazon devant eux, coupez l'alimentation avant de vous éloigner de l'appareil, même de quelques pas.
  • Bâchez le tas de bois et calez-le entre deux murs ou entre quatre pieux, afin d'éviter qu'il ne s'écroule en cas d'escalade impromptue.

Barbecue : les bons réflexes

Surfaces brûlantes, risque de renversement, projections d'huile… pour que le barbecue dominical reste un moment festif :

  • Installez l'appareil à l'écart.
  • Interdisez à vos enfants de s'en approcher.
  • Conservez hors de leur portée allumettes, allume-feu, broches et autres ustensiles coupants ou contondants.
  • Une fois à table, gardez un œil sur les brochettes !

Jeux d'extérieur : cinq règles d'or

  1. Des installations aux normes : les portiques et autres jeux d’extérieur doivent répondre aux normes européennes et comporter une notice précisant l'âge requis pour les utiliser.
  2. Bien situées : privilégiez les surfaces planes, idéalement dégagées sur un périmètre d'au moins deux mètres autour des jeux, un peu ombragées pour réduire le risque de coup de soleil ou d'insolation, et tapissées de sable, d'herbe ou d'un revêtement spécifique pour amortir les chutes.
  3. Solidement arrimées : les portiques et les paniers de basket doivent impérativement être scellés au sol et/ou à un mur. Il en est de même des aires de jeux avec ou sans toboggan.
  4. Périodiquement révisées : comme pour une voiture ou une chaudière, une révision s'impose au sortir de l'hiver pour tous les équipements, depuis les portiques et toboggans jusqu'aux cabanes et balancelles. Vérifiez l'état des sièges, des anneaux d’accrochage pour portiques, des cordages et des scellements, et contrôlez la solidité des branches supportant balançoires ou échelles de corde. Appliquez un traitement antirouille sur les surfaces métalliques et remplacez sans délai les éléments endommagés.
  5. Propres et hygiéniques : préférez les coquilles aux tas de sable à l'air libre et couvrez-les systématiquement entre deux utilisations pour éviter que des animaux ne les souillent.

Piscines et points d'eau : une vigilance absolue s'impose

Un enfant peut se noyer en trois minutes, sans aucun bruit, dans 20 cm d'eau 
Ils ne doivent donc jamais accéder seuls à une piscine ou y être laissés sans surveillance, même quelques instants. S'ils ne savent pas nager, le port de brassards, d'une bouée ou d'un gilet à flotteurs est indispensable.

D’autres dispositifs de sécurité sont désormais obligatoires.

  • Depuis 2004, la loi oblige à équiper les piscines privées de plein air, dont le bassin est enterré ou semi-enterré, d’au moins un des quatre dispositifs de sécurité suivants : alarme, couverture, abri ou barrière.
  • Considérée comme le système le plus efficace, la barrière doit mesurer au minimum 1,20 m de hauteur et être fermée par un portillon impossible à ouvrir pour un enfant de moins de cinq ans.
  • Les piscines non-enterrées, gonflables ou démontables ne sont pas soumises à réglementation. Il est cependant vivement recommandé d’installer une barrière et de retirer systématiquement marches, toboggans et échelles après chaque utilisation.

Aucun dispositif de sécurité ne remplacera jamais la vigilance d'un adulte. Diverses précautions, relevant du bon sens, doivent cependant devenir, pour tous, des réflexes :

  • Pour des raisons de sécurité et d’hygiène, la « pataugeoire » de bébé, non protégée et dénuée de système de filtration, doit être vidée après chaque utilisation.
  • Obturez les puits au moyen d'un couvercle en fer ou en bois plein, solidement fixé.
  • Rendez inaccessibles tous les autres points d'eau du jardin : bassins à poissons, mares, récupérateurs d'eau de pluie au moyen d'un couvercle ou d'une clôture.

Animaux : jamais de risque zéro

Le jardin est le royaume des enfants, mais aussi celui des chiens, des chats et, du lapin à la chèvre naine, de tous les autres animaux de la famille… Evitez de laisser vos enfants seuls avec un animal, notamment un chien, même s’ils se connaissent bien. Le plus débonnaire des labradors peut mordre après un mouvement qu'il aura interprété comme une agression.

En zone rurale, quelques intrus peuvent aussi trouver refuge dans votre jardin. Certains sont pacifiques, à l'image des taupes et des hérissons. D'autres peuvent représenter un danger. Les vipères, par exemple, adorent se réfugier sous les pierres, mais aussi sous des branchages, feuillages et autres déchets végétaux. Evacuez-les systématiquement après la coupe.

Afin de protéger les uns et les autres, apprenez aux enfants :

  • À ne pas chahuter avec les animaux.
  • À ne pas les déranger quand ils mangent ou se reposent.
  • À ne pas toucher les petits, surtout en présence de la mère.

Sécurité au jardin : identifier les végétaux à risque

Les enfants de moins de cinq ans sont les premières victimes d’intoxications par les plantes. Par jeu ou par esprit de découverte, ils portent facilement feuillages, fleurs et fruits à la bouche. Et il est facile de confondre des baies nocives avec des groseilles ou des myrtilles.

Attention, liste noire ! 
Parmi les plantes les plus toxiques, se trouvent plusieurs stars de nos jardins :

  • L’hortensia.
  • L’amaryllis.
  • Le laurier-rose.
  • Les rhododendrons et azalées à la tige vénéneuse.
  • Les baies noires du lierre.
  • Le chèvrefeuille.
  • Le muguet.
  • La fougère.
  • Les baies du gui.
  • Les anémones.
  • La glycine.
  • Les arums.
  • Les œillets.
  • Les tulipes.
  • Les giroflées…

En cas d’intoxication

  • Alertez immédiatement un médecin ou le centre antipoison de votre région,
  • Ne faites vomir que sur l’ordre du médecin et seulement si la victime est consciente.
  • Ne donnez rien à boire, ni eau ni lait, sans avis médical.
  • Conservez, si possible, des éléments permettant d’identifier la plante ou le fruit incriminé.
© Adobe Stock
Assurance Accidents de la vie MMA : pensez-y !

Les blessures accidentelles font chaque année près de 4,5 millions de blessés en France. 9 fois sur 10, il n'y a aucun responsable contre qui se retourner.

Les Assurances Accidents de la Vie MMA assistent et indemnisent votre famille, en cas de petit comme de gros tracas.

(1) Source : https://www.assurance-prevention.fr/accident-vie-courante-jardin.html