Les conseils Zéroblabla

Toutes les réponses 100% utiles à votre quotidien

Achat d’une voiture d’occasion à un particulier : mode d’emploi

Les achats/ventes de voitures d’occasion entre particuliers représentent deux tiers des transactions annuelles. Dans la plupart des cas, l’opération se déroule sans difficulté particulière. Cependant, pour se prémunir d’éventuels désagréments, autant mettre tous les atouts de son côté. Mode d’emploi pour bien acheter sa voiture à un particulier...

MMA_achat-voiture-occasion-particulier.jpg

Si vous souhaitez acheter une voiture d’occasion à un particulier, plusieurs points de vigilance sont de mise.
© Shutterstock

Voiture d’occasion : l’annonce de vente est un bon indicateur

L’annonce présentant une voiture d’occasion doit être particulièrement soignée.
Les trop belles annonces peuvent paraître suspectes aux acheteurs.

Voiture d’occasion : 5 points essentiels doivent figurer dans l’annonce  

  1. Le kilométrage.
    Une voiture essence roule en général entre 12 500 et 15 000 kilomètres par an.
    Une voiture diesel roule entre 20 000 et 25 000 kilomètres par an.
     
  2. L’année de mise en circulation.
    Ne pas confondre année et « millésime ». Jusque dans les années 1990, on parlait du millésime de l’année suivante dès que la voiture était immatriculée en septembre. Ce « millésime » a disparu. Seule l’année d’immatriculation compte désormais.

  3. L’état de la voiture.
    L’annonce doit être claire sur l’état de la voiture.
    Etat mécanique : date de la dernière révision, par exemple.
    Etat général extérieur : carrosserie.
    Etat général intérieur.
     
  4. L’état des pneumatiques.
    Trop souvent leur importance est sous-estimée, alors que des pneus neufs ou trop usés peuvent faire pencher une vente dans un sens ou dans l’autre.  

Le prix demandé pour la voiture d’occasion
Pour vérifier si le prix demandé est le plus juste, la cote Argus ou celle du magazine Auto Plus n’est pas toujours suffisante. Elles sont de très bons indicateurs, mais ne prennent pas toujours en compte la réalité du marché.
Attention aussi aux prix de vente du véhicule affichés trop bas… En dessous de 20% des tarifs moyens affichés la méfiance pourra être de mise.

Confirmer le kilométrage d’une voiture d’occasion

Même s’il est de plus en plus difficile de modifier les informations d’un odomètre, la cohérence du kilométrage peut s’appuyer sur deux critères.
En premier lieu, la continuité des factures et des mentions de kilométrage est un indicateur fiable. En second lieu, les différents contrôles techniques sont également une bonne source d’indication. Au-delà de ces deux critères pragmatiques, l’état d’usure des pédales peut révéler une utilisation plus ou moins importante du véhicule.

Points de vigilance avant d’acheter un véhicule d’occasion

Demander le carnet d’entretien et les factures d’un véhicule d’occasion

Pour l’acheteur, un carnet d’entretien du véhicule à jour associé à aux éventuelles factures est un gage de sérieux. En effet, une voiture bien entretenue est bon signe et inspire confiance. Lorsque les vidanges et les entretiens simples ont été effectués par le vendeur (freinage, bougies…), l’idéal est de disposer des factures d’achat des pièces correspondantes.

Le contrôle technique : un certificat indispensable

Toute voiture de plus de 4 ans doit être vendue avec un certificat de contrôle technique de moins de 6 mois. Il doit être réalisé dans le pays d’immatriculation du véhicule. Ainsi, un Strasbourgeois ne peut pas faire réaliser le sien en Allemagne.
Contrairement à la rumeur, il n’est pas obligatoire que le contrôle technique soit vierge de toute contre-visite au moment de la transaction. En revanche, si le véhicule est soumis à une contre-visite au jour de la transaction, il ne peut être vendu que dans le délai de deux mois après la visite initiale.

Toujours essayer la voiture d’occasion

Une voiture s’essaie toujours avant d’être achetée. Il convient de la conduire quelques kilomètres (au moins une quinzaine de minutes) accompagné de son propriétaire pour se faire une idée précise.
Lorsque vous essayez une voiture d’occasion, un test essentiel est de faire caler la voiture en seconde. Si en relevant la pédale d’embrayage, l’auto ne cale pas, c’est qu’il est temps de le changer.
Conseil pratique : il est important de disposer de deux jeux de clefs et de penser à les essayer tous les deux.

Les documents qui doivent vous être fournis par le particulier pour valider la vente du véhicule

D’un point de vue administratif, le vendeur doit fournir :

  • La carte grise barrée, datée et signée à la date de la vente,
  • Un éventuel certificat de contrôle technique (uniquement si le véhicule a plus de quatre ans)
  • Le Certificat de cession d’un véhicule d’occasion, exemplaire destiné à l’acheteur du document administratif Cerfa N° 15776*01.

Les modes de paiement d’un véhicule d’occasion acheté à un particulier

La loi ne prévoit pas de limites de paiement en liquide entre particuliers.
Toutefois, au-delà de 1 500 €, il convient d’établir un document en double exemplaire (signé du vendeur et de l’acheteur). Celui-ci attestant de la remise de la somme payée et du moyen de paiement utilisé.

Le mode de paiement le plus courant pour acheter une voiture d’occasion reste le chèque de banque.
La plupart du temps, il est établi par l’établissement bancaire sur un papier infalsifiable intégrant de mini-hologrammes. Pour plus de sécurité, l’acheteur de la voiture peut demander au vendeur les coordonnées de sa banque, les vérifier dans l’annuaire et appeler le conseiller bancaire pour confirmer l’émission du chèque.

A savoir : aucune transaction financière ne doit être réalisée avant la signature du contrat de vente de la voiture. En effet, il est déconseillé aux acheteurs de verser un acompte à un vendeur particulier.

Une panne de voiture peu après la vente…

Une voiture vendue entre particuliers est vendue "en l’état".
Une fois la transaction achevée (contrat de cession signé, carte grise barrée et signée par le précédent propriétaire), l’acheteur roule à ses risques et périls.

Il ne dispose d’aucune garantie du vendeur particulier pour son véhicule d’occasion.
Si la voiture tombe en panne, même après quelques kilomètres, il ne peut pas se faire rembourser. La seule cause d’annulation de la vente est une fraude avérée : contrôle technique de complaisance, tromperie sur le kilométrage, passage au marbre dissimulé, moteur remplacé… Des infractions lourdes qui induisent alors une décision de justice.

Est-il possible de changer d’avis ?

Si après quelques jours, l’acheteur est déçu par sa voiture d’occasion, il ne peut pas contraindre le vendeur à la lui reprendre et à le rembourser. De la même manière, si un vendeur se rend compte tardivement de l’attachement à sa voiture ou s’il estime qu’il n’a pas vendu assez cher son véhicule, il ne peut pas faire annuler la vente.

Assurance obligatoire avant de récupérer son nouveau véhicule

Une voiture n’est pas autorisée à rouler sans assurance. Or, pour une transaction entre particuliers, seul l’acheteur est responsable. C’est à lui d’effectuer toutes les démarches pour assurer la voiture.

Pour l’acheteur d’une voiture d’occasion, le plus simple est d’informer son assureur quelques jours avant l’achat et de lui demander de l’assurer en amont. C’est indispensable si la vente a lieu en soirée, en week-end ou jour férié. Aux heures de bureau, l’acheteur peut également téléphoner à son assureur pour activer l’assurance au moment de la signature.

Pour le vendeur, l’assurance de la voiture vendue cesse à l’heure de transaction inscrite sur la carte grise et/ou sur le certificat de cession.

Nouvelle voiture : choisissez l’assurance MMA !

assurance auto.jpg © Minerva Studio/Thinkstock

L’auto chez MMA, ce sont deux gammes pour répondre à vos besoins de protection, petits budgets inclus !

  • L'Assurance Auto Access vous propose des garanties essentielles à un tarif compétitif.
  • L’Assurance Auto MMA vous fait bénéficier d’une couverture performante au meilleur rapport qualité/prix.
Choisir votre assurance auto