Les conseils Zéroblabla

Toutes les réponses 100% utiles à votre quotidien

Conseils de sécurité aux piétons sur les trottoirs et les passages piétons

Avec 500 morts par an, les piétons sont des usagers particulièrement vulnérables sur la route. Pour les protéger, des mesures ont été mises en place, ce qui n’empêche pas les conseils de prudence. Interview de Christophe Ramond, de l'association Prévention Routière sur la sécurité des piétons…

L’avis souvent partagé de Danielle, piéton en ville

« Les piétons n’ont pas beaucoup de place sur le trottoir… Entre les cafés qui s’installent avec leurs chaises et les voitures qui se garent mal, on est très mal lotis… »

… C’est vrai qu’il n’est pas toujours simple pour un piéton de marcher dans la rue.

Accidents impliquant des piétons : les chiffres parlent d’eux-mêmes

Chaque année, 18 % des accidents corporels impliquent un piéton, ce qui correspond à environ 10 000 accidents, et on a environ 500 personnes tuées en tant que piétons sur nos routes, dont la moitié sont des personnes âgées de 65 ans et plus.


Les mois de novembre à février sont particulièrement meurtriers pour les piétons, en raison notamment des mauvaises conditions de visibilité.


 

Quelles sont les causes des accidents impliquant un piéton ?

Piéton qui chute, trébuche ou glisse

Sur les trottoirs, le risque de tomber n’est pas anodin. Il est vrai que les piétons rencontrent de plus en plus d’obstacles imprévus, et notamment des trottinettes électriques ou autres engins à moteurs circulant dans les centres villes. Ces derniers peuvent aller vite et constituent un réel danger en cas de présence de piétons qui peuvent être très facilement renversés.

Trottinettes, hoverboards, etc., stationnement aussi sur les trottoirs, et il n’y a pas qu’eux (vélos couchés, tombés…).

Mais le plus dangereux est la traversée de la chaussée…

Les trois quarts des accidents mortels surviennent en dehors des passages pour piétons.

Sachant que les passages piétons en eux-mêmes comportent des dangers :

1- Le fait d’être caché au moment de traverser.
Par exemple, une camionnette qui stationne juste à l’endroit du passage piéton. Les personnes qui traversent ont du mal à voir ce qui se passe sur la route et les véhicules qui roulent ne les voient pas.

2- La vitesse des véhicules et le non-respect de la réglementation, que cela soit par les conducteurs des véhicules ou les piétons eux-mêmes.

Comment améliorer la sécurité des piétons ?

Différentes mesures ont été prises ces dernières années :

  • Tout d’abord, les règles des priorités des piétons sont plus strictes qu’auparavant et les pénalités ont été durcies.
    • Un automobiliste doit céder le passage (y compris en s’arrêtant) à un piéton qui s’apprête à traverser sur un passage piéton (piéton prêt à traverser ou engagé).

À savoir : depuis septembre 2018, refuser la politesse à un piéton coûte 135 euros et 6 points (au lieu de 4 précédemment). Et la faute peut même être vidéo-verbalisée.


  • Dans une zone de rencontre ou une aire piétonne, le piéton est toujours prioritaire.
     
  • Ensuite, les communes sont incitées à ne plus mettre des stationnements juste au niveau des passages pour piétons afin d’éviter que les piétons soient cachés par un véhicule au moment où ils veulent traverser.
     
  • Enfin, une nouvelle règle a été créée dans le code de la route : une ligne blanche en pointillés est dessinée 3 à 5 mètres avant le passage pour piétons. Elle indique aux conducteurs l’endroit où il faut s’arrêter pour laisser passer les piétons. Son nom : la zone tampon.

Parfois mixée avec un SAS Vélos, cette innovation donne d’excellents résultats en termes de sécurité routière.

Sécurité routière : 6 conseils à destination des piétons 

  1. Révisez le code de la route puisqu’il y a de nouveaux aménagements et panneaux qui s’adressent aux piétons, des zones de rencontre, des zones 30…
  2. Faites en sorte d’être bien visible, par temps pluvieux, neigeux, en cas de brouillard et quand la nuit est là, mais aussi quand elle tombe (ou que le jour ne se lève pas encore complètement).
    Portez des vêtements clairs ou munis de bandes de tissu rétro-réfléchissant, notamment le soir quand vous sortez de la faculté ou du travail. Équipez aussi vos enfants.
  3. Respectez le feu vert pour les piétons et empruntez les passages pour piétons.
  4. En agglomération, marchez toujours sur les trottoirs et accotements et en leur absence ou accès impossible, circulez sur la chaussée, près de l’un de ses bords.
  5. Hors agglomérations, marchez à gauche sur la chaussée afin de voir arriver les voitures en face et également d’être vu de leur conducteur.
  6. Quand vous marchez sur le trottoir, prenez garde aux sorties de parking, garages, pistes cyclables…

À savoir : un enfant de moins de 8 ans peut circuler à vélo sur les trottoirs à condition de ne pas gêner les piétons.


 

7 conseils pour traverser sur les passages pour piétons

  1. Avant de traverser, attendez toujours sur le trottoir et jamais sur la chaussée.
  2. Si un piéton est arrêté devant vous, attendant que la voiture passe, n’essayez pas de le « doubler » car l’automobiliste, surpris, risque de vous renverser.
  3. Ne traversez pas si vous n’êtes pas visible (voiture garée ou arrêtée au niveau du passage piéton).
  4. Regardez toujours attentivement à gauche et à droite.
  5. Lâchez votre smartphone quand vous traversez pour être plus attentif aux autres usagers de la route et notamment aux automobilistes, qui peuvent être eux aussi distraits par leur téléphone...
  6. N’écoutez pas de la musique à un volume trop élevé pour être en mesure de percevoir les bruits environnants.
  7. Ne faites jamais demi-tour sur un passage piéton car votre réaction ne peut pas être anticipée par les automobilistes qui passeraient derrière vous, sans attendre que vous soyez arrivé de l’autre côté de la route.

Passage piéton : petit rappel du Code de la Route

  • S'il existe un passage piéton à moins de 50 mètres, vous êtes tenu de l'emprunter.
  • S’il n’existe pas de passage piéton, vous devez traverser selon un axe perpendiculaire à la chaussée.
  • Pour le cas des intersections, s’il n’existe pas de passage piéton, vous devez traverser selon un axe perpendiculaire à la chaussée (pas de traversée en diagonale).
  • Tout piéton ne respectant pas ces dispositions est passible d’une amende forfaitaire de 4 euros.

Piétons, connaissez-vous ces panneaux ?

infographie_signalisation_pieton.jpg

Piétons : quelles responsabilité et indemnisation en cas d’accident ?

Usager vulnérable, le piéton est particulièrement protégé par la loi.

La loi Badinter du 5 juillet 1985 prévoit l’indemnisation automatique du dommage corporel subi par un piéton accidenté, indépendamment de sa responsabilité. Le conducteur du véhicule à moteur se doit en effet de rester parfaitement maître de son engin, même si le piéton se montre imprudent.

Ce principe d’indemnisation ne peut être remis en cause que si le piéton a vraiment cherché l’accident (acte suicidaire par exemple) ou s’il a commis une faute inexcusable (exemple : il déambulait sur la chaussée fortement alcoolisé).


À savoir également : les victimes de moins de 16 ans ou âgées de plus de 70 ans à la date de l'accident, ainsi que les piétons justifiant d'une invalidité de 80 % (ou plus) ne verront jamais leur responsabilité engagée du fait de leur qualité de « victimes vulnérables ».


 

Besoin d’une assurance Auto ?

assurance-auto-600.jpg © Minerva Studio/Thinkstock

Avec l’assurance Auto MMA, vous faites le plein de garanties et de services !

Vous roulez un peu ? Beaucoup ?

Vous souhaitez une protection Au Tiers, Médiane ou Tous Risques ?

Toutes les formules d’assurance Auto MMA incluent une Responsabilité Civile et une Protection du conducteur.

Et grâce aux forfaits kilométriques, vous payez seulement pour les trajets réellement parcourus.

Assurance Auto