Les conseils Zéroblabla

Toutes les réponses 100% utiles à votre quotidien

Les 4 motifs de fin de tutelle

La mesure de tutelle a une durée limitée dans le temps et prend fin également dans certains cas que la loi prévoit. Le tuteur peut également dans certains cas demander à cesser d’exercer sa mission. En tout état de cause, à la fin de sa mission, le tuteur est soumis à une obligation de reddition de comptes.

MMA_Fin_tutelle_897x505.jpg

Toute mesure de tutelle est limitée dans le temps et peut également prendre fin avant son échéance pour 4 motifs possibles.
© Shutterstock

Les causes de cessation de la tutelle

La tutelle peut prendre fin pour quatre motifs :

  1. Suite à un jugement de mainlevée.
  2. À l’arrivée de son terme.
  3. En cas d’éloignement géographique de la personne si elle réside hors du territoire national et que cet éloignement empêche le suivi et le contrôle de la mesure.
  4. En cas de décès de l’intéressé.

1- La cessation de la tutelle par un jugement de mainlevée

Les conditions nécessaires à la cessation de la tutelle
Pour demander au juge des tutelles la mainlevée d’une mesure de tutelle, c’est-à-dire la cessation de la mesure de tutelle, plusieurs conditions doivent être réunies :

  • Il faut, tout d’abord, que la cause qui a déterminé la mesure de protection ait cessé. Hormis l’hypothèse de l’éloignement géographique, le juge des tutelles ne peut donner mainlevée d’une mesure de protection juridique des majeurs que s’il constate que les causes ayant justifié son ouverture ont disparu.
    Si vous êtes l’auteur de la demande de mainlevée, vous devez ainsi expliquer en quoi l’état de la personne protégée s’est amélioré, et surtout pourquoi, selon vous, la tutelle n’est plus justifiée.
    Vous devez ensuite joindre à votre demande un certificat médical qui atteste de l’évolution positive des facultés mentales ou corporelles du majeur protégé.
  • Il faut, en outre, que la personne protégée soit entendue par le juge, si toutefois cela est possible. Elle peut être pour cela accompagnée d’un avocat.
  • Enfin, le juge devra recueillir l’avis de la personne chargée de la mesure de protection, dans le cas où elle n’aurait pas elle-même fait la demande de mainlevée.

Qui peut demander la mainlevée de la tutelle ?
Les personnes qui peuvent demander la mainlevée (ou simplement la modification) de la mesure de tutelle sont les mêmes que celles qui peuvent en demander l’ouverture.

Le jugement de mainlevée de la tutelle
La mainlevée prend la forme d’un jugement qui sera transmis au répertoire civil afin que la mention de l’existence d’une mesure de protection soit immédiatement supprimée.


La décision de mainlevée de la tutelle peut intervenir au moment de la révision de la mesure mais également à tout moment.


2- L’arrivée du terme de la tutelle

La mesure de tutelle prend fin à l’expiration du délai fixé initialement par le juge des tutelles, en l’absence de renouvellement.

Durée initiale maximum de 5 ans pour une tutelle
La durée initiale de la tutelle fixée par le juge ne peut pas excéder normalement 5 ans.
Il arrive néanmoins que le juge fixe une durée plus longue qui ne peut excéder 10 ans si les facultés de la personne protégée ne sont pas susceptibles de connaître une amélioration selon les données acquises de la science.

Le juge peut renouveler la mesure de tutelle

La mesure est renouvelable pour la même durée ou une durée plus longue n’excédant pas 20 ans s’il semble à peu près certain que les facultés du majeur protégé ne pourront s’améliorer.

Fin de la tutelle à l’expiration de sa durée
Au terme de cette durée, si aucune autre mesure de protection n’est prononcée par le magistrat, la personne retrouve sa pleine capacité juridique.
Afin que les tiers soient informés du retour du majeur à sa pleine capacité, le Code de procédure civile prévoit que le greffe du tribunal d’instance, saisi par tout intéressé, en avise le greffe du TGI (dans le ressort duquel est né le majeur protégé) qui fait modifier le répertoire civil et le fait apparaître en marge de son acte de naissance.

3- La fin de la tutelle suite à un éloignement géographique

Lorsque la personne protégée réside hors du territoire national, et que cet éloignement empêche le suivi et le contrôle imposés par les règles relatives à la tutelle, le juge peut faire cesser la mesure.

En pratique, cela concerne surtout les tuteurs professionnels qui ne parviennent plus à mener à bien leur mission, faute de réussir à joindre le majeur protégé.

4- Le décès de la personne protégée met de facto fin à la tutelle

La loi stipule que le décès d’un majeur sous tutelle entraîne la fin de la mesure de tutelle.

La reddition de compte à la fin de la mission du tuteur

À la fin de sa mission, sauf s’il a été dispensé d’établir les comptes annuels, le tuteur établit un compte de gestion des opérations intervenues depuis l’établissement du dernier compte annuel, et le soumet à la vérification et à l’approbation dans les mêmes conditions que pour les comptes de gestion annuels pendant la tutelle.

Dans tous les cas, dans les 3 mois qui suivent la fin de sa mission, le tuteur remet une copie des cinq derniers comptes de gestion et du compte des dernières opérations intervenues depuis :

  • À la personne qui était protégée si elle a retrouvé ses capacités.
  • À la personne nouvellement chargée de la mesure de gestion.
  • Aux héritiers de la personne protégée en cas de décès.

Dans tous les cas, le tuteur remet à ces personnes les pièces nécessaires pour continuer la gestion ou assurer la liquidation de la succession ainsi que l’inventaire initial des biens de la personne protégée et les actualisations auxquelles il a donné lieu.


Le tuteur doit également remettre les pièces nécessaires pour continuer la gestion de la tutelle ou assurer la liquidation de la succession si la personne protégée est décédée, ainsi que l’inventaire initial du patrimoine et les actualisations.


Voir les autres articles du dossier

Tuteur : un rôle primordial et des obligations

Si vous acceptez d’être le tuteur d’un proche, vous devrez le représenter dans les actes de la vie civile et administrer ses biens, sous la surveillance du juge des tutelles et éventuellement d’un conseil de famille. Quelles sont vos obligations ?

Tutelle : devenir tuteur d’une personne majeure

Être nommé tuteur n’est pas une expérience facile du fait de l’importance des responsabilités et de la charge de travail. C’est pourtant le rôle qu’endossent de nombreux proches de majeurs protégés…

Mettre un majeur sous tutelle pour lui assurer une protection juridique complète

Personne âgée qui « perd la tête » et devient vulnérable, majeur handicapé qui risque de se mettre en danger, personne qui suite à une maladie, un AVC ou autre accident n’est plus en mesure de se prendre en charge… Un placement sous tutelle peut être envisagé. En savoir plus…

Quels sont les droits d’un majeur sous tutelle ?

En principe, un majeur sous tutelle est représenté par son tuteur dans tous les actes de la vie civile. Jusqu’au 23 mars 2019, certaines exceptions permettaient au majeur sous tutelle d’agir seul ou d’être assisté par son tuteur pour des actes précis. La loi de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice...

Tutelle avec conseil de famille : quel fonctionnement ?

Le conseil de famille, quand il est nommé pour une tutelle, est un organe important quant aux décisions prises pour le majeur protégé et au contrôle de la gestion du tuteur. Explications sur son rôle et son fonctionnement…

© Wavebreakmedia-Ltd/Thinkstock
Besoin d’informations juridiques dans vos démarches ?

Avec le contrat de Protection Juridique MMA, vous pouvez bénéficier(1) d’informations sur la réglementation applicable grâce au Service d’informations juridiques disponible du lundi au vendredi de 8h à 20h et le samedi de 8h à 18h.
La Protection Juridique MMA couvre également les principaux champs de la vie privée et professionnelle :

  • Au travail : rupture de contrat, mutation non prévue, discrimination, harcèlement…
  • À la maison : conflits de voisinage, problèmes avec un artisan, relations propriétaire-locataire…
  • Au quotidien : désaccord avec l’administration fiscale, non-respect d’une clause contractuelle, frais bancaires abusifs…

(1) Dans les conditions, limites et exclusions de garanties fixées au contrat. Les garanties Protection Juridique MMA sont assurées et gérées par Covéa Protection Juridique.