Les conseils Zéroblabla

Toutes les réponses 100% utiles à votre quotidien

Le système d’appel d’urgence eCall devient obligatoire

À compter du 1er avril 2018, l’ensemble des véhicules neufs mis en circulation sur le territoire européen doit obligatoirement être doté du système d’appel d’urgence eCall. Le but est de réduire au maximum les temps d’intervention des secours en cas d’accident de la route. Explications sur l’eCall…

MMA_e-call.jpg

En cas d’accident, l’eCall peut être actionné manuellement par les occupants du véhicule s’ils sont en état de le faire ou automatiquement dans le cas contraire.
© Shutterstock

Qu’est-ce que l’eCall ?

L’eCall, pour emergency Call, répond à une initiative de la Commission européenne lancée en 2015. La nouvelle règlementation entre en application à compter du 1er avril 2018. Il s’agit d’intégrer aux voitures mises sur le marché, à compter de cette date, un système d’appel d’urgence alertant les secours en cas d’accident de la route.
Cet équipement devient donc obligatoire au même titre que les airbags de sécurité et le dispositif de freinage ABS.

Comment fonctionne l’eCall ?

Les nouveaux véhicules dotés de la fonction eCall sont équipés de capteurs permettant de détecter un accident lorsque, par exemple, les airbags se déclenchent ou lors d’une forte tension des ceintures de sécurité. L’eCall se déclenche donc automatiquement lorsque les passagers ne sont malheureusement pas en mesure de le faire, même si le système peut aussi être activé manuellement en cas de panne ou de collision sans gravité.

L’activation de l’eCall déclenche immédiatement la carte SIM intégrée au véhicule pour lancer l’appel aux secours. Celui-ci est directement dirigé vers le 112, le numéro d’urgence en vigueur dans l’ensemble de la Communauté européenne. Selon l’origine de l’activation de l’eCall, l’opérateur saisi dispatchera l’appel vers les services concernés : une dépanneuse pour un déclenchement manuel, le SAMU ou les pompiers en cas de déclenchement automatique.

Au-delà de la mise en relation avec les services de secours, l’eCall adresse systématiquement un certain nombre d’informations à la plateforme d’assistance. Celles-ci appelées « base de données minium » sont :

  • La balise GPS pour géolocaliser le lieu de l’accident.
  • Le type de véhicule.
  • Le carburant utilisé.
  • Le nombre de passagers.

ECall : pourquoi un tel système ?

Le but avoué du système eCall est de réduire de manière drastique le délai d’intervention des secours. Entre la réception du message d’alerte par la plateforme d’assistance et la mise en relation avec un service d’urgence, la durée d’intervention ne doit pas excéder 75 secondes. Cet engagement vise à optimiser l’efficacité des secours, lorsqu’il est prouvé que les chances de survie sont maximales quand un blessé est opéré dans l’heure suivant un accident.

Par ailleurs, la géolocalisation permet de communiquer très rapidement aux autres usagers de la route des informations précises sur la zone à éviter pour prévenir le suraccident.
Grâce à l’eCall, plusieurs milliers de vies devraient être sauvées chaque année sur l’ensemble du territoire de l’Union Européenne.

Les véhicules concernés par la fonction eCall

Tous les véhicules neufs mis en circulation à compter du 1er avril 2018 devront obligatoirement être équipés d’un dispositif de sécurité eCall.
Les véhicules déjà immatriculés, comme ceux d’occasion, ne sont donc pas concernés. Ainsi, près de la moitié du parc automobile européen devrait être équipé de l’eCall dans les 10 prochaines années.
Certains constructeurs (BMW, Mercedes, Volvo, Peugeot, Citroën…) n’ont pas attendu l’obligation légale de la présence de l’eCall pour équiper leurs modèles haut de gamme d’un système équivalent. Si technologiquement le dispositif est similaire (carte SIM et balise GPS), les propriétaires devront choisir entre l’opérateur privé d’assistance et celui lié au 112.

L’eCall fait débat

Bien entendu, la fonction première de l’eCall, qui est de sauver des vies, n’est pas remise en question. Seulement, la question de la défense des libertés individuelles si le dispositif était détourné de son utilisation initiale se pose.
Données de géolocalisation, déclenchement à distance des communications vocales, informations précises sur le véhicule... L’ensemble de ces données pourrait être utilisé à d’autres fins à l’insu des usagers (suivi à distance du véhicule, écoute de l’habitacle…).

La Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) suit le dossier eCall de très près et a déjà effectué des recommandations pour protéger la vie privée des propriétaires de voitures neuves. Elle est, par exemple, attentive au délai de conservation des données après un appel d’urgence.

Assurez votre véhicule avec MMA

assurance auto.jpg © Minerva Studio/Thinkstock

Quelle que soit la formule choisie – au tiers, intermédiaire ou tous risques- votre Assurance Auto MMA intègre les garanties :

  • Responsabilité Civile, « la » garantie obligatoire pour conduire un véhicule. Les dommages causés à des tiers, véhicules, biens ou personnes, sont donc intégralement pris en charge(1).
  • Protection du conducteur qui vous indemnise(1) si vous êtes blessé lors d'un accident dont vous êtes responsable.
  • Assistance MMA(1) (en cas d’accident, vol, bris de glaces et incendie).

À ces garanties de base peuvent s’ajouter des garanties complémentaires et des options.

Assurance Auto MMA

(1) Dans les conditions, limites et exclusions des garanties fixées au contrat.