Les conseils Zéroblabla

Toutes les réponses 100% utiles à votre quotidien

Construire sa véranda en toute sécurité

La construction d’une véranda peut se révéler un vrai casse-tête. Avant de se lancer, il est important de suivre certaines étapes.

assurer sa véranda

Pour toute surface supérieure à 5 m2, le chantier de construction d’une véranda doit faire l’objet d’une démarche auprès de la mairie ou de la DDE.
© David Hughes

Agrandir sa maison : la réglementation à connaître

Avant de vous lancer, consultez le Plan local d’urbanisme – PLU – auprès de la mairie de votre commune. Il vous renseignera sur les contraintes auxquelles vous êtes soumis : type, forme et matériaux de construction, respect de servitudes publiques – passage de routes, de canalisations... –, obligations liées à la proximité d’un site classé...
Vérifiez également la densité de surface que vous êtes autorisé à bâtir, définie par le Coefficient d’occupation des sols – COS. Par exemple, si vous avez une parcelle de 700 m2, un COS de 0,30 permet de construire 700 x 0,30 = 210 m2. Si votre maison occupe déjà 200 m2, l’extension prévue ne pourra excéder 10 m2.

Pensez aussi à vos voisins : votre construction ne doit pas les gêner. Soyez attentif à ne pas obstruer la vue d’un riverain, lui supprimer la lumière naturelle, limiter son droit de passage, autant de troubles de voisinage qui peuvent être sanctionnés par les tribunaux. Même chose pour le respect de l’intimité : les fenêtres de votre véranda doivent se situer à au moins 1,90 m de la limite de propriété si elles donnent directement sur son terrain, on parle alors de « vue droite », et à au moins 60 cm en cas de « vue oblique ».

Si vous habitez dans un secteur protégé ou classé, renseignez-vous auprès d’un architecte de la mairie ou du département1.

Les formalités à effectuer

Une question de mètres carrés : pour toute surface supérieure à 5 m2, le chantier doit faire l’objet d’une démarche auprès de la mairie ou de la Direction départementale de l’Équipement. Depuis le 1er janvier 2012, deux possibilités :

  • de 5 à 40 m2, on se contente d’une simple déclaration de travaux préalable,
  • au-delà de 40 m2, il faut déposer une demande de permis de construire.

Si la surface de la maison ajoutée à celle de la future véranda totalisent 170 m2 ou plus, vous devez également faire une demande de permis de construire auprès de votre mairie. L’intervention d’un architecte ou d’un maître d’œuvre agréé est alors obligatoire. L’administration dispose d’un délai maximum de réponse : un mois s’il s’agit d’une déclaration de travaux, deux mois pour le permis de construire. L’absence de réponse vaut accord tacite.  Enfin, à la fin des travaux, n’oubliez pas de déclarer votre véranda à votre centre des impôts. Elle est considérée comme une nouvelle pièce.

La construction de votre véranda

Vérifiez que le constructeur qui réalise vos travaux possède toutes les assurances professionnelles et garanties nécessaires, notamment l’assurance décennale, obligatoire. 
Assurez-vous également d’être bien protégé pendant la durée des travaux de construction. Demandez conseil à votre assureur.
À la fin du chantier, votre installateur doit vous remettre le document Entretien maintenance des vérandas. En effet, vous devez contrôler périodiquement certains éléments, comme l’étanchéité des solins de couverture, la fixation des plaques, le réglage des châssis, etc.

Bon à savoir

Une véranda coûte entre 800 euros et 3 000 euros HT le m2 selon les matériaux choisis, les performances thermiques, les options – couleurs, vitrages, type d’ouvertures, stores, volets,… –, l’architecture, etc.

La protection contre l’effraction

Pour sécuriser votre véranda, de nombreuses solutions existent : les systèmes de sécurité passive – vitrages retardateurs d’effraction, serrures multipoints équipant les ouvrants… –, les systèmes complémentaires de type volets roulants et verrous spéciaux, les systèmes de sécurité dynamique – détecteurs d’intrusion.

  • Les volets roulants protègent la façade, les ouvrants verticaux et parfois même la toiture. Non seulement ils renforcent l’isolation thermique de votre véranda, mais ils sont un frein supplémentaire efficace contre toute tentative d’effraction.
  • Pour sécuriser les baies coulissantes, équipez-les de verrous spéciaux qui solidarisent le dormant et l’ouvrant interdisant ainsi le coulissement. Il est possible de bloquer la baie dans une position « entrebâillée » permettant ainsi l’aération de la véranda.
  • Systèmes de sécurité dynamique, les alarmes anti-intrusion sont les solutions les plus dissuasives. Certaines sont spécialement conçues pour les vérandas : elles se fixent sur les châssis ouvrants et déclenchent une sirène en cas de choc ou de pression.

1 CAUE : Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement – www.fncaue.fr

Bon à savoir

Pensez à déclarer votre véranda à votre assureur. Cette nouvelle pièce doit être garantie dans votre assurance Multi Risques Habitation. Profitez-en pour lui demander conseil sur la protection de votre véranda.

À retenir

  • Avant toute démarche, prenez conseil auprès de la mairie pour connaître les contraintes locales de construction.
  • Si la surface de la maison ajoutée à celle de la véranda totalise 170 m2 ou plus, un permis de construire est nécessaire.
  • La réalisation doit être confiée à des professionnels spécialistes : vérifiez leur attestation d’assurance décennale.
  • Une véranda n’est pas conçue pour résister à l’effraction, pour sécuriser celle-ci, de nombreuses solutions existent, demandez conseil à votre assureur.
  • Pensez à déclarer cette nouvelle pièce dans votre assurance Multirisques Habitation.

Choisissez l’assurance Habitation MMA

Assurance habitation MMA © Altrendo-images/Thinkstock

Vous recherchez à assurer votre nouveau logement ou à changer d’assurance ?


MMA vous propose 3 formules d’Assurance Multirisques Habitation adaptées à vos besoins et un large éventail d’options pour protéger efficacement votre logement en cas d’éventuel sinistre. Avec MMA, vous êtes à l’abri de tous les tracas !

Assurance Habitation